Enseignement

Les nombreux thèmes de l’enseignement bouddhiste sont abordés et approfondis par des maîtres qualifiés, tant dans le cadre d’études, de méditations que d’exercices de la pratique.

Un lama est un professeur, un guide spirituel. Il n’est ni prêtre ni missionnaire. Il n’intervient pas en tant qu’intermédiaire entre les hommes et une instance supérieure. Il ne nourrit aucune ambition liée au prosélytisme. La demande d’enseignements vient des Occidentaux : voilà la raison de la présence des Lamas en notre sein. Nous leur en sommes profondément reconnaissants.

Le lama choisit librement de prendre les vœux de moine (ou de moniale, dans le cas des femmes). Il enseigne mais ne prêche pas. Il répond de manière pragmatique aux questions que l’on lui pose.

Le bouddhisme n’est pas une théorie : l’objectif est d’améliorer les choses dans les relations humaines, dans les esprits, les paroles et l’attitude des pratiquants, et dans la pratique même. Un lama se tient toujours à la disposition des personnes qui souhaitent faire appel à lui ; il ne s’impose jamais. 

Si leur présence en Belgique est si importante, ce n’est pas par souci de conquête de leur part, mais bien parce que nous avons souhaité leur donner cet espace. Et sans aucun doute également, parce que notre époque se prête tout à fait à la rencontre entre Occident et Orient : la non-violence inconditionnelle que préconise le bouddhisme répond aujourd’hui plus que jamais aux aspirations de nos concitoyens.

Les sujets suivants sont régulièrement abordés dans notre programme :

  • Chiné ou la méditation du calme  signifie ‘séjourner dans la paix’. L’espritpacifié qui ne se laisse pas facilement distraire, réside dans un état de concentration méditative (shamatha en sanscrit). La pratique se porte sur les stades successifs de stabilisation et le positionnement graduel de l’esprit. Le calme intérieur est indispensable pour réaliser sagesse et compassion.
  • Lhaktong (méditation analytique): Tout ce qui existe – aussi bien dans le Samsara que dans le Nirvana – passe par l’esprit. Les grands yogis conseillent tous d’analyser de manière approfondie tout ce que nous percevons et pensons. L’esprit est par nature clair et léger. Les pensées discursives nous cachent la légèreté de notre esprit. La méditation analytique nous permet d’étudier le fonctionnement de notre esprit. C’est ainsi que nous développons la compréhension du fonctionnement de notre esprit. Des sessions quotidiennes de pratique nous apprennent à établir notre esprit dans un état naturel spontané dépourvu de distraction.
  • Lodjong: Cette pratique puissante et vieille de plusieurs siècles nous apporte les moyens concrets d’apprendre à utiliser toutes les circonstances de notre vie quotidienne comme base de notre transformation intérieure.

Cette pratique se compose de sept points :

-       Les pratiques préliminaires

-       L’éveil de l’esprit d’éveil

-       Conseils pour la vie quotidienne

-       Conseils concernant la vie et la mort

-       Critères d’évaluation des progrès

-       Prescriptions d’entraînement de l’esprit (y compris la pratique de l’échange – Tonglen)

-       Conseils pratiques

Une parfaite occasion d’apprendre à intégrer le bouddhisme dans la réalité quotidienne de notre vie familiale et de notre travail.

  • Prendre refuge signifie rechercher la ‘protection’ des ‘Trois Joyaux’ : le Bouddha (le maître), le dharma (les conseils), et la sangha (la communauté des maîtres et pratiquants). Le refuge demande un minimum d’implication personnelle.

Si vous êtes pleinement convaincus de la nécessité d’intégrer les principes Bouddhistes dans votre vie et si vous souhaitez considérer le Bouddha comme votre guide personnel, le dharma comme fil conducteur de votre vie et la sangha comme un soutien, alors vous pouvez prendre refuge.

Grâce au refuge, les résultats des activités positives et bénéfiques croîtront. C’est une tendance forte qui s’inscrit dans la vie des pratiquants.

La cérémonie de refuge est une confirmation formelle de cette prise de conscience.